Reprendre seul ou à plusieurs

Vous vous interrogez sur la pertinence de vous associer pour reprendre une entreprise !

Faisons le point sur cette démarche.

 

Sommaire

Avantages

Inconvénients

Avec qui ?

Comment trouver un associé ?

Comment faire ?

 

Avantages 

Vous disposerez de plus de compétences ! Si vous êtes l’associé unique de l’entreprise vous ne pourrez-vous reposer que sur vos propres compétences. S’associer avec un ou plusieurs autres personnes permet de diversifier les compétences. Au démarrage, les membres de l’équipe sont souvent interchangeables. Ils participent conjointement au montage du projet. Chacun dispose de l’ensemble des informations liées à la reprise. Si c’est un réel atout lors de cette phase ainsi qu’au démarrage, par la suite, il sera indispensable de bien définir les rôles. Les tâches, missions et fonctions de chacun doivent être clairement définies et communiquées aussi bien en  interne, auprès des salariés qu’en externe, auprès des partenaires.

Vous partagerez les responsabilités ! C’est un avantage indéniable qui permet de supporter à plusieurs la responsabilité qui incombe au dirigeant. Au quotidien, vous n’aurez pas à faire face à l’ensemble des tâches liées au pilotage de l’entreprise : pilotage administratif, financier, commercial etc.

Vous vous développerez plus rapidement ! C’est le corollaire du partage des responsabilités.  Alors qu’un associé pilotera l’activité commerciale, l’autre pourra se consacrer à une autre activité. L’entreprise pourra donc croître plus vite.

Vous aurez plus de moyens ! Qui dit association, dit acquisition de parts sociales. Ainsi, l’associé pourra faire des apports de diverses natures : apport en numéraire, en nature, en industrie. Ses apports viendront compléter les vôtres et pourront permettre de faciliter le financement de la reprise.

Vous développerez votre carnet d’adresses ! Vous ne disposez plus simplement de votre propre réseau, mais aussi de celui de votre associé. Plus de contacts mène un réseau plus étendu qui peut permettre plus de visibilité, plus de clients, plus de partenaires etc.

 

Inconvénients 

Vous devez veiller à ce que vos envies et visions restent compatibles ! Le risque est la mésentente entre les associés. L’entente initiale, la complémentarité peuvent finir par s’étioler pour laisser la place à des désaccords. Attention, généralement cette situation ralentit les prises de décisions. Les difficultés se ressentent en interne, transpirent en externe, dégradant l’image de l’entreprise et éloignant peu à peu les partenaires.

Vous devez veiller à ne pas perdre le contrôle involontairement ! Un associé peut vouloir petit à petit prendre le leadership, voire même finir par vous évincer. Le choix du statut juridique et surtout la rédaction des statuts ainsi que la rédaction d’un pacte d’actionnaires ou d’associés peuvent vous permettre de pallier ce problème.

 

Avec qui ?

Il y a les amis de 30 ans, les membres de la famille, les anciens collègues, les associés du vendeur, un inconnu etc.

Certains vous diront que l’association en famille ou entre amis est le meilleur moyen de se fâcher, alors que d’autres vous conterons de véritables success story ! En fait, il n’y a pas de règles absolues, juste des précautions à prendre.

De nombreuses questions doivent se poser sur vos associés et trouver des réponses, parmi lesquelles :

• Sont-ils convaincus par le projet, enthousiastes, prêts à s’engager pleinement ?

• Ont-ils des compétences complémentaires aux vôtres ?

• Sont-ils disponibles pour s’engager dans le projet ?

• Ont-ils des apports ? 

• Dans votre recherche de cible, allez-vous « flasher » sur la même entreprise ?

• Vos rythmes de travail sont-ils compatibles ?

• Etes-vous prêt à partager le pouvoir ? Quelle sera la répartition du capital mais aussi des fonctions, des tâches ?

• Qui prendra le leadership ?

• En situation de crise, quelles seront vos réactions respectives ? et seront-elles compatibles ?

• Vos styles de management et plus largement de gestion sont-ils compatibles ?

La liste est non exhaustive !!

Au final, vous n’avez pas besoin d’un ami, ni d’un proche, ni d’un collègue mais bel et bien d’un associé ! Vous ne devez donc pas le trouver, mais le recruter, le choisir !

 

Dans ce recrutement ou ce choix, plusieurs points sont essentiels :

1. Définissez clairement pourquoi, vous souhaitez vous associer. Quel est votre besoin ?

2. Renseignez-vous sur le passé de votre associé potentiel, sur sa situation personnelle, sur ses références.

3. Vérifier que vos objectifs, motivations et intérêts professionnels et personnels sont compatibles

4. Identifiez les complémentarités de compétences, de savoir, de personnalité

5. Définissez très clairement les rôles, fonctions et responsabilités de chacun ainsi que les temps de travail, les rémunérations, la répartition du capital

6. Organisez votre relation : aménagez-vous des temps d’échange, de réflexion pour vous accorder régulièrement sur les principaux objectifs de l’entreprise.

Gardez à l’esprit que tout évolue ! Vous vous associez sur le long terme. Aujourd’hui, tous les voyants sont au vert …. Mais demain ? L’entreprise va évoluer et vous aussi ! Vos envies, vos besoins, vos motivations évoluerons au gré des infortunes ou succès rencontrés tant dans votre vie professionnelles que personnelle.

 

Comment trouver un associé ?

Utilisez votre réseau ! Faites appel à votre famille, vos amis, plus ou moins proches, à vos collègues, à vos partenaires professionnels etc. consultez les offres d’association sur internet. Sortez de votre zone de confort et exploitez les liens faibles. Ces personnes qui se situent aux frontières de votre réseau social, simples connaissances, peuvent généralement vous apporter plus que vos liens forts : des idées nouvelles, des visions différentes, des contacts nouveaux etc.

L’association au sein d’une entreprise est souvent comparer, en termes d’engagement, au mariage ! Quel que soit votre choix final, pour que l’association soit efficace, interrogez-vous sur l’identité de votre associé, sur sa personnalité, sur son tempérament, ses valeurs humaines, éthiques et morales, sur sa vision du projet.

 

Comment faire ?

1. Tout commence par une bonne discussion ! Prenez du temps, partagez une journée avec votre futur associé, choisissez un terrain neutre, passez du bon temps et aménagez des temps calmes pour aborder tous les points relatifs à votre association, apprenez à vous connaître. Traitez de tous les sujets, personnels et professionnels, en toute franchise et bienveillance. La confiance et le respect sont essentiels à votre relation.

2. Faites le choix d’un statut juridique adapté pour vous protéger ! En fonction de la forme juridique choisie, la rédaction des statuts juridiques vous permettront de définir conjointement les principales règles à respecter entre associés.

3. Signer un pacte d’associés ou d’actionnaires ! Le pacte d'actionnaires (pour les SA) ou le pacte d'associés (pour les SARL) est un contrat de droit privé qui est souvent soumis au secret confidentiel. 

Le pacte peut porter sur divers points : le capital social, les conditions de vote, les conditions de participation à la société, le partage des pouvoirs et les moyens de contrôle des associés non dirigeants, les règles de répartition des résultats de la société entre dividendes et mise en réserve, les modalités de règlement des litiges, les conditions de cession des parts d'un associé etc.

En fonction de votre situation, de la typologie des actionnaires (associés fondateurs, investisseurs, salariés) et des risques que vous souhaitez anticiper, de nombreuses clauses peuvent être ajoutées. Chaque pacte est différent puisqu’il est le fruit de la volonté des associés et des résultats de leurs négociations

Dans tous les cas, assurez-vous des conseils d'un professionnel pour vous accompagner dans la rédaction de ces documents.