FAQ Création d'entreprise

 

Sommaire

 

 

 

1. Qui peut m’aider dans mon projet de création d'entreprise ?

Il existe différents réseaux d’accompagnement qui peuvent vous aider dans le montage de votre projet. De plus, vous pouvez vous faire accompagner par des professionnels de la comptabilité (expert-comptable) et du droit (avocat, notaire). L’accompagnement par les réseaux d’accompagnement est fréquemment pris en charge.
Pour identifier vos interlocuteurs dans votre département, consultez le site de l’AFE Rubrique : Par qui se faire aider.
 
 

2. A quelles aides ai-je droit pour la création de mon entreprise ?

Il existe de nombreuses aides pour créer une entreprise : aides financières, allègements fiscaux, exonérations de charges, prestations de conseil et d’accompagnement, des mises à disposition de locaux etc. Attention, chaque aide possède ses propres critères d'attribution en fonction de votre situation, de la nature de l’activité, de la zone d’implantation etc.
 
Voici un récapitulatif des aides principales pour la création d'entreprise
 
Dans tous les cas, les aides ne doivent pas conditionner la réalisation du projet. Ainsi, ne vous souciez pas des aides dès le début du projet. Assurez-vous d’abord de posséder les compétences requises, validez la faisabilité économique et la viabilité du projet. 
 
 

3. C’est quoi la meilleure forme juridique pour mon projet de création d'entreprise ?

Il n'existe pas de statut juridique idéal ! Chaque entrepreneur doit déterminer le statut qui est le plus adapté à sa situation, à ses souhaits et à son projet. Plusieurs critères doivent être pris en compte dans ce choix : la volonté de s’associer, la protection du patrimoine, le régime social, le régime fiscal, l’existence d’une réglementation spécifique etc. Ainsi, avant de choisir votre structure juridique, il est impératif de bien construire le projet. 
 
Le choix de la structure juridique ne peut se faire qu’après avoir finalisé le montage du projet de création d’entreprise. Il est donc important de se consacrer d’abord à la construction du projet pour en définir parfaitement les contours. Ensuite, il sera possible d’identifier « l’enveloppe » la mieux appropriée : votre statut juridique.
 
Si vous souhaitez en savoir plus, consultez les pages consacrées au sujet des volets juridique, fiscal et social de la Création d'entreprise
 
 

4. Combien ma création d'entreprise va me coûter annuellement ?

Pour déterminer le coût annuel d’une création d’entreprise, il est nécessaire d’établir un prévisionnel financier. En effet, seul ce document vous permettra de faire des simulations en fonction des choix juridiques, sociaux et fiscaux que vous réaliserez.
En fonction de la forme juridique choisie, des coûts au démarrage sont à prévoir pour l’apport initial en numéraire les éventuels honoraires du commissaire aux apports pour les apports en nature, la rédaction des statuts, le dépôt du dossier auprès du CFE, le stage de préparation à l’installation (pour les artisans), les frais de publication d’un avis dans un journal d’annonces légales.
De même, en cours d’activité, il faudra tenir compte des charges sociales pour le dirigeant de l’entreprise, des salaires et charges sociales pour les salariés, de l’impôt sur les bénéfices ou sur le revenu, de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), de la contribution économique territoriale, des honoraires de l’expert-comptable, de l’adhésion à un centre ou une association de gestion agréé, des assurances, des frais bancaires liés à votre compte professionnel, de la documentation juridique et tenue des assemblées et de toutes les dépenses liées à l’activité.
 
Pour identifier l’ensemble des coûts, en fonction des options juridiques, fiscales et sociales que vous retiendrez, il est essentiel de réaliser un montage financier prévisionnel. Il permettra surtout de valider la viabilité du projet. Autrement dit, savoir si les ventes prévues permettent de couvrir l’ensemble des coûts et de dégager un bénéfice satisfaisant.
Pour mieux comprendre le montage financier prévisionnel, consultez le site CCI Business Builder Le prévisionnel financier : estimer la viabilité de son entreprise
 
 
 

5. Est-ce que je peux me lancer dans une création d'entreprise sans apport financier ? 

En théorie, la réponse est oui ! En effet, pour constituer une société, il n’y a pas de capital social minimum exigé, tandis que pour une entreprise individuelle, la notion d’apport au capital n’existe pas.
Mais, dans la pratique, la réponse est non ! Toute création d’entreprise nécessite des investissements. Au-delà, il faudra bien payer les frais d’immatriculation, les premiers achats, les premières mensualités et plus largement toutes les dépenses. Pour toute entreprise qui démarre, il existe un délai entre le début d’activité et le moment où les recettes, liées aux ventes, sont suffisantes pour couvrir toutes les charges courantes. Dans cette attente, il va bien falloir trouver une source de financement pour régler les premières charges ! Généralement, cette source de financement est l’apport financier personnel !
 
Par ailleurs, c’est souvent grâce à l’existence de cet apport que vous pourrez solliciter des financements complémentaires tels que des prêts d’honneur, qui eux-mêmes permettront de mobiliser d’autres partenaires, notamment un établissement de crédit. N’oubliez pas qu’une banque exige en moyenne un apport personnel allant de 30 à 50 % du coût du projet.
 
Si vous n’avez pas de ressources : trouvez-les ! Commencez par monter un business plan cohérent et sachez convaincre des partenaires. Peut-être pouvez-vous solliciter une aide, pensez aussi au micro-crédit.
 
Dans tous les cas, vous devez avoir les ambitions de vos moyens et un apport minimum sera indispensable !
 
 

6. Est-ce que mon activité est soumise à une réglementation particulière ?

L'exercice de certaines activités est soumis à des conditions de diplôme, d'expérience professionnelle, d'obtention d'une licence ou à des demandes d'autorisation ou d'agrément. Parfois, certaines garanties financières sont également exigées.
Parmi les professions soumises à ce type de contraintes figurent notamment :
  • Certaines soumises à exigence de diplôme ou de capacité : coiffeur, boulanger, boucher, opticien, pharmacien etc.
  • Certaines soumises à exigence de diplôme et de garantie financière : agents immobiliers, etc.
  • Certaines soumises à autorisation administrative : pressing, débitant de tabac, débitant de boissons, etc.
De plus, selon la nature de l'activité et le lieu d'implantation, il existe des contraintes liées au local, aux normes d'hygiène, d’entreposage, de sécurité et de normes d’accueil du public.
Dans tous les cas, vérifier les conditions attachées à l'activité et à son exploitation avant de construire son projet de création d’entreprise est indispensable. Pour ce faire, consultez le site de l’AFE Activités et professions réglementées.
 
 

7. Comment je peux protéger mon idée ? 

Une idée seule ne peut pas être protégée ! Pour autant, un produit, un procédé technique et tous les moyens mis en œuvre pour réaliser l’idée peuvent faire l’objet de diverses protections : Dépôt d’un brevet, dépôt d’une marque, dépôt d’un dessin ou d’un modèle, enveloppe Soleau, dépôt auprès d’une société d’auteur, dépôt d’une invention en ligne, constat d’huissier ou acte notarié, envoi à soi-même d’une lettre recommandée pour prouver l’antériorité, accords de confidentialité.
Toutefois, avant de vous engager dans la voie de la protection, rappelez-vous qu’une idée n’est rien ! Seuls son développement et sa mise en œuvre peuvent conduire au succès. Même dans son exécution, le projet restera unique puisque porté par des entrepreneurs différents !
Pour aller plus loin sur les modes de protection possibles, consultez le site de l’AFE Comment protéger son idée de création d’entreprise.
 
 

8. Est-ce que je peux être salarié et entrepreneur ? 

Le cumul d’un emploi salarié et d’une activité indépendante en tant que Travailleur Non Salarié est possible mais engendre des problématiques juridiques, fiscales et surtout sociales.
Pour en savoir plus, consultez le site AFE Cumul d'une activité indépendante et d'un emploi salarié
 
Par ailleurs, il est aussi possible d’être entrepreneur avec un statut de salarié. Deux formules permettent de conserver un statut de salarié tout en développant son activité : La Coopérative d’Activités et d’Emploi (CAE) et le portage salarial.
Pour en savoir plus, consultez le site AFE Coopérative d’activité et d’emploi (CAE) ou portage salarial.
 
 

9. Est-ce que je peux être retraité et entrepreneur ? 

Oui, c’est possible. De plus, la pension de retraite peut être cumulée intégralement avec les nouveaux revenus issus de l’activité entrepreneuriale, à condition d’avoir auparavant liquidé tous ses droits à la retraite de base et complémentaire et de bénéficier de la retraite à taux plein. Si ces conditions ne sont pas remplies, la pension de retraite pourra se cumuler avec les revenus de l’activité entrepreneuriale, mais dans la limite d'un plafond propre à chaque régime de retraite.
 
Pour en savoir plus, consultez le site AFE Un retraité peut-il créer son entreprise ?
 
 

10. Est-ce que je peux être étudiant et entrepreneur ? 

Il existe même un statut dédié : le statut d'étudiant entrepreneur ! Tout bachelier (ou équivalence en niveau), étudiant ou jeune diplômé porteur d’un projet entrepreneurial peut bénéficier de ce statut, quelle que soit la filière d’études suivie. Il s'adresse en priorité aux jeunes de moins de 28 ans, âge limite pour bénéficier du statut social d'étudiant. Le statut national d’étudiant-entrepreneur (SNEE) s’s'accompagne d'un cadre rassurant, le dispositif PEPITE (Pôle étudiant pour l'innovation le transfert et l'entrepreneuriat), pour faciliter et accompagner la démarche entrepreneuriale.
 
Pour en savoir plus, consultez le site AFE Le statut étudiant-entrepreneur
 
 

11. Est-ce que je peux être demandeur d’emploi et entrepreneur ? 

Chaque année, près de 250 000 personnes profitent d’une période de chômage pour se lancer dans la création ou la reprise d’entreprise ! En effet, cette période de transition professionnelle est opportune à plusieurs titres : Vous avez du temps, Vous ne perdez pas vos indemnisations pendant la période de montage de votre projet et, sous conditions, pendant les premiers mois de démarrage, vous conservez votre couverture sociale, dans certains cas vous pouvez disposer d’un capital et vous faire accompagner. Plus généralement, vous pouvez bénéficier d’aides publiques mises en œuvre par l’Etat pour faciliter l’entrepreneuriat des chômeurs et favoriser leur retour dans la vie active.
 
Pour en savoir plus, consultez le site AFE Le demandeur d'emploi créateur ou repreneur d'entreprise.
 
 

12. Est-ce que j’aurais le même salaire ?

En première approche, cette réflexion sur le niveau de rémunération possible peut se réaliser en faisant abstraction des éventuelles aides comme le maintien des allocations chômage, qui peuvent être considérées comme des compléments de revenus.
La question peut alors se poser en deux temps. Premièrement, quel est le revenu minimum vital à dégager pour couvrir mes charges personnelles ? Deuxièmement, quel est le niveau de rémunération que je souhaite atteindre ? Ces deux exigences, et plus particulièrement la première, doivent être mises au cœur de la construction de votre projet !
La réponse devient alors très « comptable » : vous pourrez conserver le même niveau de revenu si votre chiffre d’affaires couvre l’ensemble des charges de l’entreprise et permet de dégager un bénéfice. Ce bénéfice devra toutefois être suffisamment important pour rembourser le capital des emprunts éventuellement contractés et assurer le développement de l’entreprise avant de dégager une rémunération. Attention toutefois : bénéfice ne signifie pas trésorerie ! En effet, au-delà de la réalisation d’un bénéfice, encore faudra-t-il que l’entreprise possède suffisamment de liquidités pour payer la rémunération !
 
En seconde approche, il faudra intégrer tous les facteurs externes : Aides possibles, revenus du conjoint, autres sources de revenus.
 
Le point de départ et la première ressource d’un projet entrepreneurial : c’est vous ! Prenez donc le temps de faire un « état des lieux » et de vous tester ! Cette première étape devra inclure la réflexion sur vos contraintes personnelles, y compris celle de la rémunération. Pour faire le point sur vos motivations, votre bilan personnel et vos contraintes personnelles qui impacteront le projet consultez le site de l’AFE Le porteur de projet et pour vous tester, consultez le site CCI Business Builder Testez-vous avant de vous lancer !
 
 

13. Comment je trouve des fournisseurs ? 

Sur des marchés de plus en plus concurrentiels avec une demande de produits personnalisés, de bonne qualité, livrés dans des délais courts et au moindre coût, la gestion efficace des achats est une nécessité. C’est une véritable décision stratégique. L’objectif est de créer et maintenir un réseau de fournisseurs fiables et efficaces face à la pression concurrentielle. Lors du montage d’un projet, l’identification et la sélection des fournisseurs est une étape cruciale qui doit débuter dès l’étude de marché.
Trouver ses fournisseurs demande beaucoup de recherches, d’informations, de prises de contact et surtout de prudence. Pour avoir des pistes de recherche afin de trouver et contacter des fournisseurs, consultez le site de l’AFE Contacter des fournisseurs
 
 

14. Est-ce que je vais avoir de la paperasse à remplir ? 

La création d’une entreprise individuelle ou d’une société engendre certaines démarches et formalités obligatoires. Toutefois, les formalités de création sont aujourd'hui plus simples, plus rapides et moins coûteuses, notamment grâce aux démarches dématérialisées. Quant à l’importance de la « paperasse », elle sera conditionnée par votre projet : entreprise individuelle ou société, seul, associé ou comprenant des salariés, à domicile ou avec un local professionnel etc . Ainsi, la création d’une micro-entreprise est simplifiée et ne prend que quelques minutes alors que la création d’une SAS, par exemple, demandera d’effectuer plus de démarches administratives.
 
Pour les formalités de création, consultez le site cci.fr Les centres de formalités des entreprises (cfe) ou rapprochez-vous du cfe de votre CCI qui pourra vous accompagner et consultez le site de l’AFE Les formalités de création
 
 

15. Quels sont les secteurs qui marchent ? 

Une étape majeure de la construction d’un projet entrepreneurial est l’étude de marché. Son objectif général est de valider la faisabilité économique du projet, autrement dit que le secteur sur lequel vous souhaitez vous implanter est porteur ! Autrement dit, mener l’étude de marché permettra de savoir si effectivement vous vous positionnez sur un secteur « qui marche ». 
Si votre démarche est inverse, c’est à dire que vous souhaitez identifier des secteurs porteurs pour étudier la possibilité de vous y installer, sachez identifier des opportunités. Cette capacité passe par l’observation de la vie économique, du milieu professionnel et de la vie quotidienne. Consultez les nombreuses études à disposition sur les secteurs émergents, les grandes tendances etc.
 
Pour aller plus loin sur la méthodologie, consultez le site CCI Business Builder Faire une étude de marché avant de lancer son entreprise. Pour connaître les secteurs porteurs, consultez le site de l’AFE Quels sont les secteurs ou marchés porteurs pour créer une entreprise
 
 

16. Combien de chiffres d’affaires je dois faire pour avoir 1500€ de salaire ? 

De nombreux paramètres doivent être pris en compte pour déterminer le chiffre d’affaires à réaliser afin de vous verser la rémunération souhaitée : la structure juridique, le statut social, le régime fiscal, la nature de l’activité, le niveau des charges variables et fixes etc. La manière la plus simple de répondre à cette interrogation sur la rémunération du dirigeant est de réaliser un prévisionnel financier qui vous permettra de faire plusieurs simulations aux regards des différents choix possibles.
 
Pour réaliser votre prévisionnel financier, rendez-vous sur le site CCI Business Builder