L’analyse des diagnostics au service du projet entrepreneurial

Comprendre en quelques mots : les diagnostics économiques de la cible 

Des défauts peuvent-ils remettre en cause l’acquisition de l’entreprise cible ? Quel sont les facteurs influençant le prix ? Cette entreprise est-elle bien celle qui vous permettra d’atteindre les objectifs de demain ? Voici trois questions qui justifient de la nécessité de faire un diagnostic !

A vous de récolter et analyser toutes les informations nécessaires à votre analyse pour établir votre jugement global sur l’entreprise.

Structurez votre démarche d’analyse, hiérarchisez les étapes de votre diagnostic et sachez solliciter le cédant à bon escient ! Pour vous, c’est un premier test pour challenger vos compétences, votre professionnalisme et pour évaluer votre capacité à mener l’entreprise.

Que faut-il analyser ? Tout !

Commencez par l’environnement externe : le secteur d’activité, les marchés de l’entreprise afin de mieux comprendre le milieu dans lequel elle évolue. Puis passez à l’environnement interne : la stratégie en place, la santé financière, la structure juridique et fiscale, les moyens de production, les ressources humaines etc.

Cette approche globale de l’entreprise va vous permettre de connaître le mieux possible l’affaire qui vous a paru intéressante, à première vue.

Le diagnostic final doit synthétiser vos analyses en faisant ressortir clairement les opportunités et menaces issues de l’environnement externe de l’entreprise ainsi que ses propres points forts et points faibles. Attention, au-delà des diagnostics techniques, validez la réelle volonté du cédant de vendre son entreprise.

 

Cette partie sera finie lorsque... 

... vous aurez réalisé les différents diagnostics de l’entreprise. Vos analyses devront porter sur :

  • Le marché et l’offre : c’est LE diagnostic à ne pas négliger ! Analysez l’existant, identifiez les opportunités et menaces, et surtout les potentialités de développement. Bref, faites une étude de marché.
  • Les circuits et moyens de fabrication : c’est l’outil de travail qui produit des richesses. Soyez très vigilant sur ce diagnostic et évaluez la capacité à produire en respectant les coûts, les délais, la qualité des produits.
  • Les circuits et moyens de commercialisation : analysez la politique commerciale, la politique de prix, les conditions de paiement, la nature de la clientèle, la répartition du chiffre d’affaires par client, la politique de fidélisation etc.
  • La communication : évaluez le plan de communication en place sur les produits, l’entreprise, mesurez la notoriété et évaluez l’image de l’entreprise, passez en revue toutes les composantes de la politique marketing etc.
  • Les ressources humaines : ce diagnostic passera d’abord par les aspects réglementaires, le respect des règles sociales. Mais allez au-delà : c’est votre future équipe ! Découvrez la culture, le climat social, le fonctionnement, l’organisation. identifiez les personnes clés et assurez-vous que toutes les zones de risque sont identifiées.
  • La structure juridique : pour un rachat de parts sociales, examinez la réalité des titres acquis, leur origine, l’absence de droits de tiers, la réalité du patrimoine, les contrats clients et fournisseurs, les risques fiscaux et de contentieux, les engagements pris, le respect des normes et réglementations, les contrats d’assurance etc.
  • La situation financière : vérifiez que l’entreprise est viable et que sa pérennité est assurée grâce à sa rentabilité et à ses possibilités de développement. C’est un diagnostic comptable qui s’intéressera aux « petites lignes » (les amortissements, les stocks etc.) et un diagnostic financier mesurera la performance financière et économique, la solvabilité et le patrimoine de l’entreprise.
  • Les fonctions supports : Analysez les activités qui contribuent au bon fonctionnement de l’entreprise. Selon la taille de l’entreprise, le diagnostic portera sur les systèmes d'information, les ressources humaines, les services généraux, la logistique, les finances, les affaires juridiques, les achats etc.
  • D’autres diagnostics peuvent être menés : par exemple, un diagnostic responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

Votre meilleure connaissance de l’entreprise, de son environnement et votre diagnostic final vont permettre de valider l’adéquation entre l’entreprise à reprendre et votre projet personnel. Mais au-delà, vous aurez une première vision des actions possibles pour améliorer les performances et challenger le modèle économique.

A ce stade, toutes les questions qui n’ont pas trouvé de réponses doivent être listées et seront abordées lors de vos diagnostics approfondis, audits, ou lors des premières rencontres.

N’oubliez pas ! Votre diagnostic global sera votre base de travail pour construire votre argumentaire de négociation, préparer votre lettre d’intention puis les audits formels, voire même certains éléments préparatoires pour le protocole d’accord et la garantie d’actif et de passif.