Plan de trésorerie, bilan et compte de résultat : un jeu d’enfant !

 
Marie, ma fille de 9 ans me demande de lui donner 40 € pour sa fête. Je lui accorde mais à une condition : qu’elle fasse ce soir un point sur son patrimoine, son porte-monnaie et ses gains.
 
Imaginons différentes hypothèses pour cette journée :
 
Hypothèse 1 : 
  • Don de papa : 40 €
  • Elle achète un livre à 15 €

 

  • Notons que si je lui avais prêté 40 € au lieu de lui donner, ce prêt aurait aussi constitué une ressource et n’aurait pas affecté son patrimoine.

 

 

Hypothèse 2 :
  • Don de papa : 40 €
  • Elle achète un livre à 15 €
  • Et elle achète pour 4 € de bonbons qu’elle consomme entièrement dans la journée

 

A noter, les bonbons sont consommés, donc utilisés ! La notion de consommation renvoie systématiquement aux charges (cf Charges, achats, investissements, c'est quoi ?), d’où la nécessité de construire le compte de résultat.

 

Hypothèse 3 :

  • Don de papa : 40 €
  • Elle achète un livre à 15 €
  • Et elle achète pour 4 € de bonbons. Mais, au moment de payer, elle s’aperçoit qu’elle a oublié son porte-monnaie. La boulangère la connaît bien et lui accorde de payer demain !
  • Elle consomme entièrement les bonbons dans la journée.
 

Hypothèse 4 :
  • Don de papa : 40 €
  • Elle achète un livre à 15 €
  • Et elle achète pour 4 € de bonbons. Mais, au moment de payer, elle s’aperçoit qu’elle a oublié son porte-monnaie. La boulangère la connaît bien et lui accorde de payer demain !
  • Elle consomme la moitié les bonbons dans la journée.

 

A noter, pour connaître les achats réellement consommés, il est nécessaire de calculer la  variation de stock : stock initial – stock final. Ainsi les achats consommés = achats de la période + stock initial – stock final. (cf Le compte de résultat : explications détaillées – Les achats). De plus, le stock qui apparaît dans le patrimoine est le stock final. Ce matin Marie n’avait pas de bonbons, donc stock initial = 0. Elle a acheté pour 4€ de bonbons puis en a consommé 2€. Le stock final est donc de 2€ de bonbons et la variation, stock initial – stock final de 0 – 2 = - 2.

 

Hypothèse 5 :
  • Don de papa : 40 €
  • Elle achète un livre à 15 €
  • Et elle achète pour 4 € de bonbons. Mais, au moment de payer, elle s’aperçoit qu’elle a oublié son porte-monnaie. La boulangère la connaît bien et lui accorde de payer demain !
  • Elle ne mange pas de bonbons.
  • Prends le bus pour aller voir son copain Paul. Ticket de transport à 2 €
  • Vends la moitié de ses bonbons à Paul pour 4 € (Elle a le sens des affaires !)

 

 

Hypothèse 6 :
  • Don de papa : 40 €
  • Elle achète un livre à 15 €
  • Et elle achète pour 4 € de bonbons. Mais, au moment de payer, elle s’aperçoit qu’elle a oublié son porte-monnaie. La boulangère la connaît bien et lui accorde de payer demain !
  • Elle ne mange pas de bonbons.
  • Prends le bus pour aller voir son copain Paul. Ticket de transport à 1 €
  • Vends la moitié de ses bonbons à Paul pour 4 €. Mais ce dernier n’a pas d’argent sur lui ! Etant dans la même classe Marie lui dit qu’il pourra payer demain !

 

 

 

 

Arrêtons là l’exemple et remplaçons les termes de Marie par des termes plus « financiers ».

Nous retrouvons un bilan, un plan de trésorerie et un compte de résultat tels qu’ils se présenteraient dans une entreprise !

Les mécanismes évoqués sont ceux utilisés en gestion financière : report du bénéfice ou de la perte du compte de résultat au passif du bilan, calcul des achats consommés via la variation de stocks, dettes fournisseurs, créances clients, report du solde de trésorerie au bilan etc.

 

 

 
 
Mise à jour : 20 novembre 2017